Histoire de la FFE

Les noces d'uranium. 85 ans de mariage. Au-delà, il paraît qu'on ne compte plus. La FFE soufflera pourtant cette année le 88e anniversaire de son union avec les licenciés de l'Hexagone. Une union qui n'a pas été sans nuages, puisqu'à deux reprises, en 1928 et en 1962, le divorce a bien failli être consommé.

Aujourd'hui, la FFE est une alerte octogénaire, arrivée à sa pleine maturité, et le poids des âges n'entrave en rien son dynamisme toujours plus grand.

Après plusieurs avortements, dont un en 1914 en raison de la guerre, la Fédération Française d'Echecs a vu officiellement le jour le 19 mars 1921, dans une brasserie parisienne.

Henri Delaire (photo), directeur de la revue " La Stratégie " en devient le premier président. Il abandonne cependant vite ses fonctions et est remplacé dès 1922 par Fernand Gavarry, ancien ministre de la République et directeur des Affaires Étrangères. Dès sa prise de fonction, le nouveau président lance un appel à tous les joueurs d'échecs français.

Histoire de la FFE

" Le but de notre Fédération est de tenter modestement et dans la mesure de ses ressources exiguës, de grouper les cercles d'échecs et les joueurs isolés, et de créer un organe central pour relier entre eux tous les éléments échiquéens de France et de ses colonies. Aidez-nous en vous affiliant ! "

Dans la revue de la Fédération Française d'avril 1923, Gaston Legrain, le secrétaire administratif, par ailleurs auteur des célèbres Cahiers de l'Échiquier Français, donne un premier bulletin de santé du bébé, avec son style inimitable :

" La FFE vient d'atteindre sa 3e année d'existence. Notre enfant est venu au monde un peu souffreteux, parmi l'indifférence générale. Nous avons un instant craint pour ses jours. cependant, grâce aux soins dévoués dont il a été entouré, le voilà aujourd'hui sain et sauf. Il est sorti du maillot, se tient sur ses jambes, élève la voix et dit papa très gentiment en tendant les bras vers MM. Delaire et Gavarry. Nous comptons sur ses nombreux parents pour lui fournir des joyaux en abondance et lui garnir son trousseau. Du reste, les amateurs et les cercles s'empressent autour de son berceau et l'alimentent si bien de leur cotisation que, sans être comparable à son cousin, le gros gaillard anglais, il prend de la chair et commence à s'arrondir. "

1.500 licenciés


Mais les efforts de Fernand Gavarry et de Gaston Legrain, associés aux efforts de Pierre Vincent qui fonde la FIDE en 1924 à l'occasion des Jeux Olympiques de Paris, restent peu couronnés de succès en nombre de licenciés. On dénombre une trentaine de clubs officiels pour à peine 1.500 membres au total. De plus, le bureau fédéral est désespéré par l'incapacité chronique à équilibrer les bilans financiers. Un problème récurrent auquel auront à faire face bon nombre de présidents.

Histoire de la FFE Dans le bulletin fédéral de 1928, Pierre vincent lance un dernier appel, aussi inutile que pathétique :

" Nous sommes à la veille d'interrompre notre effort parce que les cotisations ne rentrent pas et nos fonds sont pratiquement épuisés. Les cinq dernières années de mendicité perpétuelle nous ont profondément lassés. La FFE n'a pas besoin en ce moment d'un apôtre. Il lui faut un financier. A qui la main ? "

Dans la foulée, le bureau démissionne en bloc et " laisse la place à qui la voudra ", persuadé qu'il n'y aura pas de repreneur et que la FFE aurait vécu.

Mais le miracle a lieu. Léon Tauber (photo), directeur de plusieurs palaces parisiens et grand mécène, reprend la Fédération en mettant quelques centaines de francs sur la table et crée une nouvelle équipe dirigeante. En nommant notamment Alekhine, qui venait de remporter son championnat du monde contre Capablanca, délégué français à la FIDE.

Record de longévité pour Pierre Biscay


Histoire de la FFE

En 1932, Tauber, qui aura réalisé l'exploit de réanimer la FFE, passe le flambeau à Pierre Biscay (photo), un industriel qui avait la passion des échecs et qui avait remporté le championnat de France des solutionnistes en 1928.

Pierre Biscay gardera la présidence pendant 23 ans, ce qui fait de lui le détenteur du record de longévité à la tête de la Fédération. C'est lui qui aura la délicate mission de diriger la FFE pendant les années noires de la 2e guerre mondiale et de l'occupation.

En novembre 1944, la revue de la Fédération paraît à nouveau. " Notre bulletin sort enfin du silence qui lui était imposé et réapparaît au grand soleil de la France libérée par l'héroïsme de notre jeunesse et la puissance de nos alliés ", écrit Pierre Biscay. " Tenue depuis quatre ans à une quasi-clandestinité, la FFE a cependant établi des fondations solides. Sans autorisation, des animateurs ont créé des cercles dans des conditions souvent difficiles : effectif sans cesse réduit par les déportations, activité interdite par l'ennemi, matériel détruit par les bombardements. Bravant les interdictions, le comité a publié des communications qui, certes, ne pouvaient prétendre remplacer une revue mais qui ont maintenu un lien entre tous nos membres. Mais l'action obscure de ces dernières années va s'épanouir en une floraison de cercles prospères de jeunes joueurs de valeur. Avec l'appui des ligues, la Fédération, dont le bureau s'est rénové, coordonnera cette activité, encouragera les initiatives et réalisera le programme vaste et hardi qu'il s'est tracé ".

Mais cette belle déclaration ne restera qu'un voeu pieu. Dans les années cinquante, le nombre de licenciés stagne à 2.000, au même point que 25 ans en arrière. Le championnat de France reste la seule compétition officielle organisée par la Fédération. Et mis à part Alekhine et Tartakover accueillis par la France, la FFE n'a toujours pas réussi à former son élite mondiale.

La FFE s'installe en province


A la suite des 23 années de présidence de Pierre Biscay, la Fédération va connaître une période d'instabilité : de 1955 à 1962, quatre présidents se succéderont.

Lorsque Paul Garet démissionne en 1962, la FFE subit sa 2e crise, après celle de 1928, qui faillit bien lui être fatale. " Les premiers présidents de la Fédération furent tous Parisiens ", raconte Jacques Lambert, lui-même président de 1976 à 1987. " C'est là que se tenait le peu de prestige attaché aux échecs, et surtout là qu'on trouvait les mécènes capables de boucher les trous financiers. Mais en 1962, la situation était si désastreuse qu'aucun Parisien ne se proposa. Pour la seconde fois, la FFE était à genoux. Et les Parisiens élirent un provincial, le docteur Augeix, afin de laisser à cette province méprisée la responsabilité de la catastrophe ".

Mais un second miracle se produisit après celui de 1929. Pierre Augeix, qui était médecin de la SNCF et avait de fait la gratuité des transports, prit son bâton de pèlerin pour aller porter la bonne parole dans les ligues, et réussit à fédérer la province. Pour la première fois, le siège fédéral quitte la capitale pour s'installer à Laon.

Au bout de 7 ans, Augeix se retire. Il avait été dans les faits, président, secrétaire et trésorier. Il laisse une fédération riche de 9.000 membres et dotée d'une direction des jeunes et d'un premier classement national (l'indice de valeur de performance).

Après un intermède d'à peine une année de Fernand Supper, c'est Raoul Bertolo, le fondateur d'Europe-Échecs, qui accède à la présidence en 1970.

Il organise les Olympiades de Nice de 1974. Superbe réussite sur le plan technique, mais très lourd déficit financier. Le bureau fédéral en sort laminé et Raoul Bertolo démissionne peu après.

Jacques Lambert passe alors de la direction des jeunes, qu'il occupait depuis 1969, à la présidence qu'il va garder 11 ans. A son actif, il peut s'enorgueillir d'avoir doté la Fédération d'un ensemble de structures administratives et de règlements, et surtout d'avoir réussi à faire sortir des bistrots la majorité des clubs. Mais en 1987, sa majorité le lâche et il décide de ne finalement pas se représenter.

Une fonction professionnalisée


Histoire de la FFE

Depuis lors, sous la houlette de Raoul Bertolo, revenu pour deux ans à sa tête, puis surtout Jean-Claude Loubatière (photo), la FFE poursuit son ascension. Ses joueurs, ses arbitres, ses compétitions la situent aux premiers rangs, et ses structures sont désormais les plus complètes du monde. Au grand regret de tous, Jean-Claude Loubatière, qui restera, de l'avis général, celui qui, pour l'instant, aura le plus apporté à la FFE sur le plan technique, disparaît en 2004. Jean-Claude Moingt lui succède en 2005, après deux courts intérims assurés par Georges Beck et Jean Bertrand.

Le premier mandat du clichois marquera un tournant dans l'histoire des présidents de la FFE. Le siège fédéral revient sur Paris après 44 années d'exil en province, et en 2008, le Comité directeur officialie la profesionnalisation de la fonction de président en le salariant.

" Aujourd'hui, on ne peut plus être président de la FFE et avoir une activité professionnelle à côté ", explique Jean-Claude Moingt, un jeune quadra dynamique (...).

Sources et bibliographie


Les présidents de la FFE